Description détaillée

Lieu : Théâtre des Grottes
Dates : Juin 2019
Texte : Carlo Goldoni
Metteure en scène:  Daniela Morina Pelaggi
Interprétation : Sibylle Blanc, Antony Mettler, Antonio Troilo, Raphaël Vachoux, Paulo Dos Santos, Diana Fontannaz, Daniela Morina Pelaggi, Layla Hasan Shlonsky
Assistant à la mise en scène :  Thomas Mérigard
Diffusion :  Régine Auer
Scénographie :  Anna Popek
Chorégraphie :  Alessia Casadei
Costumes :  Anna Pacchiani
Lumières :  Raphaël Bertomeu
Réservation : Cliquer ici / reservations@daidai-producao.ch / +41 76 579 77 43

 

Présentation

Les Rustres est une pièce résolument actuelle. Elle cristallise en trois actes toute la tyrannie de quatre maris mal dégrossis, marchands enrichis, pour qui une femme se doit d’être préservée et -autant que faire se peut- cachée du regard d’autrui.

De quoi précisément faudrait-il la préserver? Des tentations du monde extérieur, bien sûr…

L’ordre social, préoccupation majeure de la société dans laquelle Le Rustre évolue, ne saurait souffrir d’aucune tentation ni perturbation. Précisons d’emblée que dans la bouche de Lunardo et de ses compères, « tentations» et « perturbations » équivalent aussi bien à une sortie au théâtre, qu’au port d’une dentelle ou qu’à une promenade dans les rues de la ville en liesse, pour cause de Carnaval. Pour les épouses et leur progéniture, point de divertissement, si ce n’est celui, reposant et acceptable, de la couture au coin du feu.

Ainsi va la vie des Rustres, satire fine et efficace de Goldoni, génial auteur vénitien du 18ème siècle.

Enjeux de la pièce

Proposer cette pièce, de nos jours, à l’heure où l’égalité entre hommes et femmes fait encore débat, et est loin d’être réglée, nous semblait nécessaire. Comment ne pas se poser la question de la persistance, deux siècles après l’écriture de la pièce, d’une société encore fortement patriarcale où les victimes récurrentes et principales, toutes couches sociales confondues, demeurent encore et toujours les femmes ? Etonnamment, la lutte des classes semble avoir trouvé un terrain d’entente sur cet aspect.

La protection exercée par nos quatre bonshommes à l’égard de leurs femmes résonne de façon étrange à nos oreilles. Serait-ce que malgré une avancée certaine au 20ème siècle, le sort des femmes, et la question de leur émancipation demeure plus que jamais incertaine ? Certes, Mai ’68 et la libération sexuelle des femmes sont passées par là, néanmoins, fondamentalement, le regard que la société pose sur les femmes « indépendantes », affranchies d’une tutelle masculine n’a pas -il faut en convenir- grandement évolué. Les jugements d’opprobre ont encore de beaux jours devant eux.

Le double-langage pratiqué par l’ensemble des sphères sociales (sociétale, politique, familiale) sur la question de l’égalité hommes-femmes est pour le moins troublant. D’une part, la promotion de la place de la femme dans la société est valorisée et promue, d’autre part, la réalité reste bien différente de cet idéal.

Qu’on ne s’y trompe pas, malgré la tyrannie des quatre époux, malgré leur tentative d’avoir la main mise sur leur maisonnée (« Ici, c’et moi qui commande ! »), Les Rustres est une pièce éminemment féministe, et parmi les plus jubilatoires du répertoire classique !

Mise en scène.

Vu l’intemporalité de la pièce, nous avons choisi de contextualiser l’univers dans lequel évolueront nos personnages aujourd’hui. Les Rustres que nous présentons évoluent bien « ici et maintenant », de sorte que, de comédie, ce travail fasse également écho avec la réalité -jamais simple- que vivent la plupart des femmes dans le monde.

En ce qui concerne l’esthétique de la pièce, l’austérité avec laquelle les quatre collègues envisagent le monde et imposent leur vision aux femmes de leur entourage, dictera la scénographie et les costumes. Ces éléments souligneront le double-langage qui est pratiqué entre les principes égalitaires et la réalité discriminante envers les femmes et le mettront en évidence de façon d’autant plus probante.

L’usage de la vidéo sera varié. D’une part il permettra de projeter sur l’écran géant en fond de scène de courtes scènes et, par ailleurs, de cueillir sur le vif les entrelacs entre les personnages.

Le vêtement, enjeu essentiel dans Les Rustres.

Nous aurons à cœur de choisir des costumes de façon très minutieuse, car ils représentent un enjeu essentiel chez Les Rustres.

Les tenues des femmes, qu’elles soient fantasmées ou réprimandées, seront un point de départ pour la construction de la mise en scène. Dans tous les cas, il faudrait qu’elles évoluent en fonction de la présence ou de l’absence de leurs maris, comme si le vêtement, loin d’être un ornement, devenait pour la femme opprimée, une passerelle tendue vers le monde extérieur, un étendard de ses aspirations secrètes. Du reste n’est-il pas curieux de constater à quel point, de tous temps et dans toutes les sociétés, le vêtement de la femme est un sujet de questionnement, d’étonnement et de controverses inépuisables dans la bouche des hommes ?

Daniela MORINA PELAGGI

Metteuse en scène